[TEXTE] Predator (parental advisory ^^)

Publié le par Dadzou

Tapi dans l'ombre, il attendait sa proie. Il savait être patient, ne surtout pas dévoiler sa présence. Il savait que sa prochaine victime finirait par arriver par l'endroit prévu. Il ne connaissait pas son apparence, mais savait qu'elle lui serait dévoilée au dernier moment. Juste à temps.

Depuis combien de temps guettait-il, il l'ignorait. Seuls comptaient les bruits alentours, la luminosité ambiante. Il n'avait que faire du temps qui s'écoulait. Il savait que bientôt son plaisir macabre se déroulerait selon ses envies...
Un bruit vint l'avertir que le moment était venu: l'ascenseur s'était arrêté au bon étage ! Il n'en pouvait plus, trépignait d'impatience, mais celle-ci était enfin récompensée ! Sa future victime venait de sortir de l'ascenseur et de s'engager dans ce niveau ! Il la suivit du regard, et s'aperçut qu'elle était encombrée d'une poussette.

Simple détail... 

Il la suivit du regard, se méfiant des lumières qui pourraient le révéler à la vue de sa victime. A la vision du nombre de voitures garées dans ce niveau du parking souterrain, il avait deviné qu'elle devrait obligatoirement venir chercher la seule qui était restée, et s'était donc caché à proximité. Il la suivait toujours du regard. Elle avançait lentement, adressant des mots doux à l'occupant de la poussette. Elle avait l'air heureuse, peut-être avait-elle reçue une bonne nouvelle.

La dernière, sûrement...

Alors qu'elle approchait de sa voiture, il sortit de sa cachette tel un prédateur sortant de sa tanière pour abattre sa victime. Il abattit sa machette vers elle en hurlant, mais elle l'évita de justesse en faisant un pas de côté. Elle voulut courir, mais son bébé pleurant dans la poussette lui rendit la raison: elle ne pouvait l'abandonner ! Elle tenta alors de crier: " A l'aide !!!! Aidez-moi !!!"

Inutile !

Le Prédateur en profita pour lui attraper ses cheveux, et l'attira vers l'ombre en la tenant ainsi. "Noooon !!!! Au secours !!!! aaaaaaaaaaaaaah !!!" Elle se débattait, battait le sol en béton frénétiquement avec les talons de ses chaussures, mais rien n'y faisait: il continuait de la traîner vers l'ombre par ses cheveux. Le bébé pleurait de plus belle dans la poussette, couvrant presque les cris de sa mère.

Raaah, y m' gonfle !

Le Prédateur lâcha la femme, lui asséna un violent coup de poing au crane pour la calmer, lui frappa la tête contre le pilier en béton, et se dirigea ensuite vers la poussette. Il leva sa machette, et frappa jusqu'à ne plus entendre aucun bruit de la part du gosse. La poussette était maculée de sang, du bébé ne restait plus qu'un tas de viande informe ensanglanté, tel un roti mal découpé. Satisfait de sa besogne, le Prédateur essuya son arme sur son t-shirt déchiré. Les gémissements de la femme lui rappelèrent qu'elle était encore en vie... pour combien de temps encore !

A ton tour, ma belle ! Montre-moi comme tu cries bien !

La femme était étourdie, ne savait plus trop ce qu'il se passait. Cependant le silence était cruellement empli de sens. "Mon bébé ??!!! Que lui avez-vous fait ??!! Noooon !!! Pourquooooiiiii !!!!!!! Salaud !!!!!" Elle essaya de se lever et de se jeter sur lui en lui assénant des coups de poings, mais restait trop faible. Il lui restait à peine assez d'énergie pour hurler.

Tu es à moi, maintenant ! He he he he he !!!!

Tranquillement, il s'avança vers elle. Un sourire pervers, toutes dents dehors, prouvait à quel point ses actes lui procuraient du plaisir. Alors que la vie normale l'ennuyait au plus haut point, il avait enfin trouvé une occupation qui lui plaisait au-delà de toute espérance ! Rien à voir avec de la drogue, des prostituées ou autre. Non. Lui massacrait des innocents pour son simple plaisir pervers. Entendre des personnes hurler devant lui avant de subir ses coups de machette était son petit vice à lui. Ce soir, il avait atteint le comble de la joie en se faisant un nouveau-né dans une poussette. Jamais encore il n'avait atteint un tel paroxysme de joie.

Le Prédateur attrapa la femme en sanglots par les cheveux, lui tira la tête en arrière ce qui lui arracha un hurlement. Elle était agenouillée, sa queue de cheval dans la main du tueur, et savait sa fin proche. Il leva son bras droit, visa la nuque de la femme, et abattit sa machette. Une fois. La femme hurla: "Nooooooooooon !!!!!". Deux fois. "Aaaarrrgggggllllll......". Trois fois. La tête ne tenait plus qu'à moitié. Quatre fois. Ce serait pour bientôt. Cinq fois. On y est presque... Six fois. Le corps de la femme s'écroula, tandis sa tête resta dans la main du Prédateur. Il observa le corps sans vie de sa victime, jeta un coup d’œil à la tête qu'il tenait par les cheveux, et regretta un instant de ne pas lui avoir fait la conversation avant; elle était belle cette femme en fait... Bah, trop tard ! Tant pis.

Le Prédateur jeta négligemment la tête sur le corps ensanglanté de ce qui fut une femme, et lui tourna le dos. Il alla vers un coin sombre du parking, récupéra son imperméable et sortit une paquet de cigarettes de sa poche gauche. Il en extraie une et la porta à sa bouche. Il l'alluma, et se remit en marche, les mains dans les poches de son imperméable en se demandant quelle serait sa prochaine victime...  

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lesendar 09/10/2007 15:56

Conseil d'ami. Préviens dès le titre que c'est une histoire déconseillée aux âmes sensibles...M'est avis qu'ça pourrait être tendu sinon^^