En direct des vacances ! (4)

Publié le par Dadzou

Lundi 16 juillet. Je me suis levé tard. Dans un souci de rationnement alimentaire (pas envie de faire les courses avant mercredi midi), j'ai décidé de me faire un gros petit déjeuner et de sauter le repas du midi. Ce fut chose aisée. J'ai globalement passé une mauvaise journée, à trainer sur le net pendant plus de trois heures sans but précis, à jouer à un jeu video déjà fini plusieurs fois, pour finalement, le soir venu, décider de me refaire la trilogie Matrix en DVD, à raison d'un film par soir. J'ai donc vu le premier épisode, puis suis allé me coucher...

 

Mardi 17 juillet. J'avais de quoi occuper ma journée: je travaillais à la station service l'après-midi. En fait, de mardi midi jusqu'à samedi soir, j'allais travailler trente-neuf heures, sans prendre en compte le samedi matin (dodo). Globalement, cela s'est bien déroulé, les gens étaient un peu surpris de me voir déjà revenu...

 

Mercredi 18 juillet. J'ai travaillé à l'accueil toute la journée, dix heures avec une pause d'une heure et demi le midi, de quoi faire quelques courses, me préparer à manger, et manger. J'ai vite repris mes marques concernant le travail, le peu de clients ce jour-là ayant simplifié la tache. J'ai fini la journée avec les pieds en feu à force de rester debout toute la journée. J'ai fait la connaissance d'un nouveau vigile, un naze de vingt-sept ans qui se la pète, du haut de son mètre soixante-dix... il fait son vieux dragueur auprès de Laura et Aurore (deux hotes de caisses de vingt-deux ans, rappellons-le...), au point de nous gêner dans notre travail, de ne pas sérieusement faire le sien... bref. Le lourd, quoi.

 

Jeudi 19 juillet. Aujourd'hui, journée station. Pour résumer: peu de monde, une fermeture aisée le soir, et quatre-vingt pages de roman lues (Le Cycle des Princes d'Ambre, tome 6, je m'y remets enfin !), et quatre euros vingt de pourboires. Après deux jours de plein soleil, les nuages commencent à revenir, accompagnés d'une certaine lourdeur dans l'atmosphère. Autrement dit, on a les bêtes d'orage qui nous collent à la peau, on a chaud (surtout dans la cabine située plein sud), mais le soleil n'est que rarement présent. Cependant, la journée fut bonne quand même.

 

Voilà pour ce bout de semaine, là je vais me coucher, il est 21h45. Un détail, par contre: le fait de travailler des journées complètes ne me motive pas à faire du ménage à la maison; du coup, je commence à sentir des miettes sous mes pas dans la cuisine, jelave les poêles uniquement pour m'en resservir, pareil pour le plateau ou la table... je reste en chien, comme on dit ^^. Samedi matin, j'arrange cela.

Publié dans My life - my way

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article