[CHRONIQUE] Fear Factory - Mechanize

Publié le par Dadzou

Fear-Factory-Mechanize

Aaaaah, Fear Factory, groupe californien de "cyber-metal" qui a bercé mon adolescence, avec leur album culte Demanufacture sorti en 1995 ! La suite a alterné le très bon (Obsolète, 1998, Archetype, 2004) et le médiocre (Digimortal, 2001, Transgression, 2005), et le groupe a eu du mal à réitérer son exploit et à surpasser son album culte. Où en sont-ils alors en 2010, quand sort ce très attendu nouvel album ?

 

Déjà, il faut ressituer le contexte concernant le line-up: après la tournée qui a suivi l'album Digimortal, le chanteur (Burton) est parti suite à un conflit avec le guitariste (Dino). Il est revenu en 2004 à la condition que Dino s'en aille; le bassiste (Christian) est donc passé à la guitare, et ils ont embauché Byron du groupe Strapping Young Lad à la basse. S'en sont suivis les albums Archetype (2004), très bon, et Transgression (2005) au goût d'inachevé. Le groupe s'est alors mis en pause.

 

Puis Burton et Dino se sont reconciliés, et ont parlé de reformer le groupe en 2008-2009... sans le batteur (Raymond) ni Christian (le guitariste qui était bassiste... vous suivez ?). Ils ont gardé Byron, et embauché un nouveau batteur (Gene), et Dino est revenu occuper son poste de guitariste. Bref, nous voilà avec un nouveau Fear Factory, qui reste à moitié celui des débuts, mais avec es membres ayant évolué dans d'autres formations entretemps (Ascention of the watches pour le chanteur, Divine Heresy pour Dino, SYL pour les deux autres). 

 

Ce qui frappe d'entrée avec ce nouvel album, c'est la violence qui s'en dégage, un sentiment d'urgence qui transpire de la plupart des compos. On retrouve l'esprit de Soul of a new machine (l'album de leurs débuts sorti en 1992) mélangé au côté chirurgical du rythme typique au son de Fear Factory; tout se déroule à toute vitesse, à peine le temps de souffler qu'on se retrouve déjà à la fin de l'opus. Ce signe d'efficacité pourrait cacher des titres sans intérêt qui ne se différencie pas les uns des autres.

Or ce n'est pas tout à fait le cas: certes, les titres jouent dans la même cour, avec des rythmiques relevées, un chant rageur sur les couplets et mélodique sur les refrains (Industrial Discipline, Powershifter), mais plusieurs titres se détachent malgré tout de la masse. En particulier Christploitation, qui commence avec de petites nappes de piano pour ensuite "blaster" à tout va ! Un de leurs meilleurs titres ! Et il ne fait pas figure d'exception, tant Mechanize regorge de très bons titres: Industrial Discipline, Fear Campaign, Powershifter, Christploitation. Les autres restent bons, mais plus classiques (Oxidizer, Controlled Demolition). 

 

Au final, Mechanize représente un très bon album de Fear Factory, à classer parmi leurs meilleurs (Demanufacture, Archetype, Soul of a new Machine), et qui signe donc un retour en forme du combo californien. Vivement la suite !

 

La vidéo du titre Fear Campaign pour finir:

 

 

 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article