[CHRONIQUE] Fistula - Goat

Publié le par Dadzou

Fistula - goat

C'est au hasard d'une de mes visites au sein d'un disquaire que je suis tombé sur cet album, disponible à l'écoute. La pochette m'ayant intrigué, je décide d'y jeter une oreille. J'ai alors voyagé jusque dans les méandres d'un marécage poisseux, et en fermant les yeux, j'aurais pu me croire en train de patauger dans des sables mouvants.

 

Le groupe Fistula, que je ne connaissais pas auparavant, pratique un genre musical assez peu connu, le sludge, une sorte de metal très lourd, aux guitares abrasives, avec un chant hurlé en retrait, et une basse ronflante. Le genre de musique qui vient se coller aux tripes, et repart avec en quelque sorte. Et Fistula pratique ce genre avec brio, alternant les tempos ultra-lents (Ohio death toll rising, One chair and an electrical cord) avec des titres plus rapides (The ones that got away, So far Sowell so what).

 

Au niveau des paroles éructées par le chanteur, on est loin du monde onirique d'Amélie Poulain; le thème développé au travers des cinq titres de ce mini-album se réfère à la découverte de onze corps en décomposition dans la maison d'un certain Anthony Sowell à Cleveland. Charmant. Et évidemment point de mélodie vocale ici, le chant, mixé en retrait par rapport aux guitares abrasives, se veut à la fois désespéré, rageur, hurlé...

 

En bref, un très bon mini-album, bien exécuté, à déconseiller toutefois lors d'une soirée romantique ou même d'une soirée entre amis (risque de dépression à prévoir), mais qui plaira sans conteste aux fans du genre !

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article